Reconstruction du sein : Généralités

Principe

La reconstruction mammaire fait, actuellement, partie intégrante du traitement du cancer du sein. Elle peut être immédiate dans le même temps que la mastectomie ou le plus souvent secondaire, 6 mois après la fin du traitement radiothérapique.
Elle doit être réalisée idéalement par des chirurgiens plasticiens connaissant tout particulièrement la chirurgie cancérologique du sein ainsi que tous les traitements médicaux carcinologiques.
La reconstruction mammaire doit être évoquée dès la première consultation du cancérologue et doit être proposée à toutes les patientes.
La reconstruction mammaire permet de reconstruire le volume du sein manquant, de symétriser le sein contro-latéral et de reconstruire l’aréole et le mamelon.
Dans la majorité des cas, deux interventions sont nécessaires avec un délai de trois mois entre les deux temps opératoires.
Si les traitements conservateurs ont beaucoup augmenté ces 10 dernières années, les indications de mastectomie restent encore fréquentes.
Les reconstructions après mastectomie sont de mieux en mieux codifiées.
Les reconstructions par prothèse, représentant 80% des reconstructions mammaires, donnent actuellement d’excellents résultats grâce au large choix de prothèses disponibles sur le marché. Les lambeaux musculo-cutanés, réalisés dans 20% des cas, sont réservés au cas ne pouvant bénéficier de prothèse.

Plasties mammaires de symétrisation et reconstruction aréole et mamelon

Trois mois après la reconstruction du sein opéré par l’une des trois techniques précédemment décrites, la reconstruction de la plaque aréolaire mamelonnaire peut être réalisée avec dans le même temps, si besoin, la plastie mammaire de symétrisation du sein contro-latéral.
La plastie mammaire de symétrisation utilise toutes les techniques habituelles de plastie mammaire de réduction et de cure de ptose.
La reconstruction de l’aréole est réalisée idéalement par une greffe de peau prélevée au niveau de la face interne de la cuisse donnant un aspect naturel et pigmenté. Le mamelon est reconstruit par un lambeau local pouvant être tatoué secondairement ou par une greffe du mamelon du sein opposé.
Des mammographies pré-opératoires du sein contro-latéral sont réalisées de façon systématique et les tissus glandulaires retirés sont adressés systématiquement en anatomopathologie.

Intérêt du lipofilling

Actuellement, dans certains cas limite, on peut injecter de la graisse sous la cicatrice de mastectomie (lipofilling), pour améliorer la souplesse de la peau et de la paroi thoracique ce qui permet de reconstruire le sein avec une prothèse et éviter un lambeau de grand dorsal.
Cette méthode se développe en reconstruction mammaire avec des résultats très encourageants.